mercredi 10 mars 2010

Quiz sur l’histoire du mariage

Robe, dragée et fleurs, c'est bien joli, mais le mariage est quand même un acte juridique qui créé des devoirs entre époux et leur ouvre réciproquement un certain nombre de droits.
D'où ce petit quiz...

1. Depuis quand existe le mariage civil ?
A - depuis toujours
B - depuis 1792 (révolution française)
C - depuis 1918 (première guerre mondiale)
D - depuis 1936 (3° République - Front Populaire)

2. En Inde, il est possible de faire la cérémonie religieuse avant la cérémonie civile. Et en France, est-ce possible ?
A - Oui
B - Seulement pour les stars
C - Non
D - Je m’en fous je ne veux pas me marier

3. « Le mari doit protection à sa femme et la femme obéissance à son époux » : quand cette phrase a-t-elle disparu du texte qui définit le code du Mariage ?
A - XVIIème siècle
B - XVIIIème siècle
C - XIXème siècle
D - XXème siècle

Réponses avec des extraits du site du ministère de la justice, des solidarités, de la santé et de la famille :
1 - A
"Le droit de se marier et de fonder une famille est considéré comme un droit fondamental de la personne (article 12 de la Convention européenne des droits de l’homme).
Jusqu’à la Révolution française, seul le mariage religieux était reconnu. Les registres paroissiaux tenaient alors lieu d’état civil."

2 - C
"La loi du 20 septembre 1792 instaure le mariage civil, enregistré en mairie, qui devient le seul valable aux yeux de la loi. Il doit précéder toute cérémonie religieuse. Le non-respect de cette règle est constitutive d’un délit. Dès lors, et quelle que soit sa religion d’appartenance, il faut passer devant le maire avant de pouvoir se marier religieusement."

3 - D
"En 1804, le Code civil napoléonien définit les conditions du mariage qui figurent toujours au titre V, Livre I du Code civil.
Il faut attendre le XXème siècle pour voir disparaître le texte selon lequel « le mari doit protection à sa femme et la femme obéissance à son mari ». Les réformes engagées essentiellement depuis 1970 ont abouti à une reconnaissance de l’égalité entre époux dans leurs rapports respectifs, à l’égard des tiers et vis à vis de leurs enfants et se sont efforcées de veiller à la pacification des relations conjugales et familiales..."

Crédit photo : www.fotosearch.fr

Test : êtes-vous une Bridezilla ?

Je me suis laissée tenter par un petit test sur auf...

Voici mon résultat :
Bravo ! Vous n’avez pas été contaminée par le virus qui rôde autour des futures mariées. Seriez-vous naturellement immunisée ? Peut-être avez-vous été la victime d’une bridezilla et ne souhaitez surtout pas faire revivre la même chose aux autres… Quoi qu’il en soit, vous avez compris que ce grand jour doit être un moment de bonheur partagé et qu’il ne doit pas ressembler à un show parfaitement organisé et millimétré. Vous êtes prête à vous laisser surprendre et à laisser la magie agir toute seule sans vouloir tout contrôler. Forcément, vous êtes un peu stressée et avez envie que tout se déroule au mieux pour vous mais aussi pour vos convives, quitte à faire quelques sacrifices. Mais vous avez aussi conscience que votre vie et votre épanouissement sur le long terme ne reposent pas sur la réussite de cette seule journée. Notre conseil : restez comme vous êtes ! Mais offrez-vous de temps en temps l’occasion de faire un petit caprice de future mariée. Vous l’avez tout de même bien mérité !

Si j'en crois ce test sûrement très scientifique... tout va bien... On va dire que j'y crois!

Crédit photo : www.aufeminin.com Zelia, de la Terre comme au Ciel

Les dépenses de Mia et Big Guy

Suite de ce billet

Et nous ?
On a la chance d’avoir un job tous les deux et de plutôt bien gagner notre vie. On pourrait se permettre de dépenser pas mal de sous pour notre mariage car on est plutôt économe dans la vie de tous les jours donc les chaussettes sous le matelas sont bien remplies.

Mais justement, en ayant cette simplicité au quotidien, ce n’était juste pas possible pour nous de "trop dépenser" pour une journée pas loin de toutes les autres !

J’admire sincèrement Sara et Matt, mais nos gros cailloux et le contexte étaient différents des leurs.
Aujourd’hui, début 2010, je n’ai pas vraiment d’idée sur ce que nous coûtera notre mariage, je sais juste qu’on analyse poste par poste en se demandant combien on souhaite mettre.
Je sais que Big Guy a un œil sur l’avancée des dépenses*, mais on avance doucement mais sûrement.

Ca a été dur pour moi d’accepter de signer avec notre traiteur qui nous loue aussi la salle, car je trouvais le prix « trop cher ».
Je n’ai jamais dépensé plus de 50€ pour une personne au restaurant et là c’est ce qu’on va dépenser pour chaque invité ! Une incohérence pour moi !
Mais :
- c’était beaucoup de tracas matériels en moins (salle ok, mobilier ok, vaisselle ok, serveurs ok...)
- l’emplacement était simplement idéal
- le gars était sympa et ouvert**.
Donc j’ai fini par trouver « honnête » ce prix, grâce à tous les avantages qui étaient liés.


* Chacun son truc, moi ça ne m’intéresse pas !
** Voir les billets sur les repas végétariens

Combien "il faut" dépenser pour un mariage ?

Sincèrement, vous qui commencez à me connaître, vous ne pensez sincèrement pas que je vais répondre par des chiffres à cette question...*

Ce billet m’est venu suite à une conversation avec ma sœur. Son copain se demandait "combien coûtait un mariage ?". Ma sœur, simple et pragmatique lui a répondu "Ben tu demanderas à ma sœur". Sauf qu’il n’a pas osé… Vous comprenez, parler d’argent, ça ne se fait pas… **

En France l’argent est vraiment un sujet tabou.
Sur les blogs et les sites de mariage, il y a des belles listes de tarifs indicatifs qui circulent.

Certains sites comme celui de Mylae propose même un "Simulateur de mariage et estimation de votre budget prévisionnel"!

Mais dans la vraie vie, parlez-vous du coût de votre mariage avec vos amis et votre famille ?
Loin de moi l’idée de penser que personne n’aborde ce sujet, mais d’une façon générale le sujet est difficile à amener dans notre société. Je sais que les copains déjà mariés à qui on en a parlé restaient plutôt évasifs sur le sujet…


Pour moi, il faut dépenser une somme honnête - "qui vous ressemble".
"Cétadir" ?

Exemple : 10 000€, c’est beaucoup ou pas beaucoup ?
Réponse de Normand (qui est la mienne) : ça dépend.
- Si Brad et Angelina se marie, ce sera sûrement le budget du photographe (et encore !). Pour eux ce n’est pas beaucoup… et tant mieux pour tous les prestataires à qui ils feront appel et ceux qui travailleront grâce à leur liste de mariage !
- Pour M. et Mme MICHU (lui a décidé de travailler à 80% et elle est mère au foyer (un travail à 150%)), 10 000€ c’est presque le salaire annuel du couple… CQFD…

Mon conseil (sans prétention) pendant la préparation de votre mariage :
Définissez de manière pragmatique l’argent que vous pouvez dépenser pour votre union et celui que vous voulez dépenser (ce serait dommage d’arriver à 0€ sur le compte en banque le jour J). Aimez votre budget, il VOUS correspond.
Posez-vous les bonnes questions :
- est-ce que c’est en accord avec nos gros cailloux ?
- est-ce que je suis d’accord pour dépenser telle somme dans tel poste ?
- est-ce que je peux annoncer ce montant à ma famille et mes amis sans avoir honte (dans un sens comme dans l’autre) ?
- est-ce que je me sens bien après avoir rédigé le chèque ?
Attention, deux possibilités si la réponse est non :
- modifier le montant à la hausse ou à la baisse
- modifier sa façon de voir et d’assumer les choses ! (travail individuel)***


Ne lorgnez pas sur des petits détails hors de prix que vous ne pourrez vous permettre sous peine d’exploser votre budget.
Si ça vous rend triste, envieuse ou jalouse, arrêtez de les lire, passez votre chemin, ne vous faites pas de mal !
Je sais que je peux rêver en admirant de belles choses mais que j’ai la chance de ne pas avoir envie de la même chose pour moi… car ça ne me ressemble pas…

Comme le disent si bien Camille et Esra : No stress, no panic, no rule !

Un peu de lecture sur ce thème : (en anglais)
http://2000dollarwedding.com/search/label/Wedding%20Budget
http://www.apracticalwedding.com/2009/03/why-i-dislike-term-budget-wedding.html
Edit : AnnC a traduit l'article sur son blog dans ce billet, merci!
http://eastsidebride.blogspot.com/2009/02/f-10000-wedding-have-picnic.html
Mais aussi mariage sponsorisé (peut-être le thème d’un futur billet) :
http://lilietdoudou28.e-monsite.com/rubrique,-mariage-et-sponsors,647996.html

* Sinon retour au premier billet et deuxième lecture de mon blog !
** A sa décharge, on commence à se connaître !
*** Oui je sais, c’est simple à dire pour la « grande gueule » que je suis !

Crédit photo : http://www.fotosearch.fr/

Une végétarienne dans un mariage*

Depuis trois ans, j’ai un rythme de croisière d’un mariage par an, ce qui fait donc trois mariages pour lesquels j’étais invité au cocktail et au repas.

Comment ça se passe : généralement, mes potes savent que je suis végétarienne. Je le précisais lorsqu’on répondait positivement à l’invitation car une Bridezilla peut oublier dans l’euphorie du mariage…

Résultat :
- Les serveurs du cocktail n’ont aucune idée de la composition des canapés (leur rôle, c’est de servir à boire et remettre un plateau quand c’est vide… pas conseiller gastronomique de l’emmerdeuse végétarienne…)
- on m’a proposé plusieurs fois du poisson
- j’ai accepté les plats uniques viande/poisson/fruits de mer en entrée (car il n’y avait rien d’autre à la place) pour les donner à ceux de ma table et manger du pain
- j’ai insisté pour avoir juste l’accompagnement des plats viande/poisson + autre (légumes, pommes de terre… quand ce n'était pas cuit dans le jus de viande)
- j’ai mangé la déco du buffet (des petites fraises, des petites tomates qui étaient plantées dans le décor pour faire joli et que personne n’a mangé à part moi et un autre végé à qui j’ai transmis le bon plan)

Mon souvenir :
- excellent des trois mariages car je n’y allais pas pour bien manger mais pour célébrer l’union de trois couples de copain
- super car je suis sortie rassasiée de table les 3 fois en me demandant comment les autres n’explosaient pas
- génial car on a bien rigolé ensemble !

Peut-être suis-je lasse et blasée des repas de groupe et que je m’attends au pire car quand c’est du « pas mal », je suis contente…


Conclusion :
Je sais que tout le monde ne partage pas l’avis que le repas n’est pas le moment le plus important d’un mariage et qui pense que « si le vin n’est pas bon ça peut gâcher un repas ».
Mais… je reste sur mon idée de repas végétarien… qui nous ressemble… pour tous !

* En tant qu'invitée, pas mariée!

Crédit photo : www.fotosearch.fr

Vous ne voulez pas faire plaisir à vos invités ?

Comme je l’ai dit ici, au mois de juin-juillet je me suis rapprochée de plusieurs traiteurs :
- location de salle avec traiteur (classique)
- traiteur (bio et végétarien).

Voici deux réactions de traiteurs (ceux "avec salle") avec qui je n’ai pas été plus loin dans l’entretien :

1. Vous ne voulez pas faire plaisir à vos invités ?

Un repas qui plaise à tous ?
On y a réfléchi un peu : en invitant 120 personnes, il est IMPOSSIBLE d’avoir un repas unique qui convient à tout le monde.
Quelque soit le repas :
- y’aura un plat trop salé pour Y. et pas assez salé pour T.
- y’aura trop de légumes pour S. et pas assez pour I.
- y’aura du chocolat, indispensable pour C. mais berk pour M.
- y’aura trop à manger pour V. mais pas assez pour E.
- ce sera trop long pour L. mais trop court pour Y.
- B. aurait préféré des pains aux graines alors que C. aurait préféré de la baguette
- y’aura trop d’épices pour O. mais ce sera fade pour H.

Bref, il est QUASI-IMPOSSIBLE (pour ne pas être catégorique) de « satisfaire » gustativement parlant tous les invités avec un repas identique pour tous.
Alors un repas végétarien sera au moins un petit coin de paradis pour une dizaine de personnes* et de belles découvertes pour les autres !

Vous privez vos invités de beaucoup de choses !

Certes en enlevant viande et poisson le nombre de repas possibles est inférieur à celui du nombre de repas non-végétariens possibles… C’est mathématique !
Mais une privation ? "L'action de se priver volontairement, de s'abstenir de quelque chose dont on pourrait jouir ?"
Sachant que la viande ne me fait pas "jouir", je ne "prive" pas les** invités, je leur ouvre l’esprit, je leur ferai peut-être découvrir de nouvelles combinaisons, de nouvelles saveurs, je serai leur repas vert de leurs mariages de l’été…


* Et oui, on sera un certain nombre !
** Je rectifie, ce ne sont pas les « miens » !

Crédit photo : http://www.fotosearch.fr/

Une option intermédiaire au traiteur et à la mariée en tablier

Après mon cri du cœur :
Siiiiiiii PREPARER A MANGER POUR SON MARIAGE C’EST POSSIBLE
et notre décision de faire appel à un traiteur, je souhaite mettre en avant l’initiative et la décision d’Envie de Mai et l’Homme qui danse.

Leur décision de ne pas succomber au traiteur et de choisir la solution de l’Auberge Espagnole ou buffet québécois*.

Envie de Mai m'a demandé quelle serait ma réaction si j'étais invitée...
Ca me ferait tripper! Car :
- j'aime cuisiner (même si je ne prends pas suffisamment le temps en ce moment)
- j'aime goûter (au resto si je trouve quelqu'un qui veut bien faire moit'moit' avec moi je suis ravie, ça m'évite de choisir)
- j'aime découvrir (des ingrédients qu'on ne connaît pas, qu'on n'a jamais osé cuisiner ou pas de cette façon)
- c'est original et j'admirerais les mariés d'OSER sortir du traditionnel "menu unique traiteur"
- ça crée des liens avec les gens qu'on ne connait pas (même avec les plus timides on a un sujet de conversation : comment a-t-il fait sa terrine et son pain maison! Et pas les traditionnelles questions)
* je connais la formule pour la pratiquer souvent en WE (ou pour la fête des voisins...) et c'est super sympa (en France on aime manger, c'est bien connu!)
* en plus ça me permettrait d'être quasiment sûr de pouvoir manger végé (sauf si c'est le mariage du chasseur du coin!)
* je connais les talents culinaires de certains de mes potes... et je sais qu'on se régalerait!

Le traiteur, ça sera pour le soir du mariage, le samedi soir. Il nous reste encore les repas "d’avant" et les repas "d’après" à prévoir :
- nous avions également pensé au système du « chacun apporte un plat » pour les repas d'avant
- et qu'on s'occupe nous-mêmes des repas du dimanche.

Finalement on testera chacun des formules! Mais chapeau bas quand même pour oser le tenter pour le soir du mariage. :-)

* Je connais la formule depuis longtemps, mais aucune de ses appellations !

Crédit photo : affiche du film l'Auberge Espagnole

Traiteur ou pas traiteur ?

Drôle de question pour un mariage, non ?
Pour un mariage, IL FAUT un traiteur, non ? ;-)
Ou du moins un restaurant, un spécialiste de la restauration !

Mais non, moi je suis partie du principe qu’il était possible de préparer nous-mêmes le repas.
Oui madame, même pour 120 personnes…
Oui je sais, vous faites sûrement partie des 99% * de la population à trouver que c’est l’idée la plus farfelue qu’ils n’aient jamais entendu, qu’une mariée avec un tablier est complètement loufoque…

**
On se calme, j’ai parlé de préparer le repas, pas de le servir le jour-même ! Pour cela on peut faire appel aux copains des cousins par exemple !

Je suis convaincue que c’est possible si on ne vise pas les 6 plats avec verrines et qu’on s’en donne les moyens !
- sûrement de bons moments en amont avec les gens qui ont accepté de mettre la main à la pâte
- satisfaction du fait maison
- choix illimité des ingrédients et du menu (bio, vg et local)
- une de mes collègues a participé à l’organisation du mariage de sa copine qui a fait à manger pour une centaine de personnes.

Il faut juste :
- trouver des volontaires pour aider un petit peu
- trouver des lieux de stockage
- gérer les quantités
- gérer la préparation à distance en amont (pour notre cas)
- gérer les « ça va pas la tête » des autres
Et sans forcément se retrouver à manger des graines...!
Mais de jolis plats :

C’est sûr qu’un traiteur c’est :
- des soucis en moins
- des personnes expérimentées dont c’est le métier
- une équipe qui a du matériel adapté et une organisation rodée


Ah oui au fait… j’ai oublié de vous dire…

… je rassure les flippées du mariageparfaitleplusbeaujourdelavie, nous avons finalement opté pour un traiteur…(pour le samedi soir, je garde la main sur les autres repas!)

Confidence*** : Ca n’a pas été une décision simple car je suis plutôt têtue et je n’arrivais pas à surfer sur les « ça va pas la tête c’est impossible ». Et malgré tous mes beaux arguments, beaucoup n’ont pas été convaincus que c’est POSSIBLE… Je ne VOULAIS pas forcément le faire, juste qu’ils admettent que c’est envisageable. Mais non, j’étais folle…
Notamment pour Big Guy… un peu déçue… mais on ne peut pas être d’accord sur tout et tout le temps !


* Chiffre très scientifique obtenu à partir d’une moyenne de toutes les personnes à qui j’ai soumis l’idée…
** Sympa le site http://www.zazzle.fr/, non?
** Oui bon d’accord confidence sur un blog ne veut rien dire !

Crédit photo : http://www.fotosearch.fr/, www.zazzle.fr

mardi 9 mars 2010

Notre repas de mariage : végé ou pas végé ?

Le titre de cet article est sous forme de question, mais ce n’est qu’une question rhétorique !

Futur marié : vg-friendly
Future mariée : vg-à fond*


Le jour de la demande en mariage, ce point là était réglé : Big Guy m’a rassuré dans l’heure : il était d’accord pour que le repas soit entièrement végétarien. Et ce n’est pas moi qui allais le contredire !

Qui est courant ?
Ceux qui posent la question ! Et oui, certains de nos invités ne le savent pas et ne le sauront pas jusqu’au jour J (sauf si on décide de l’annoncer sur notre blog des invités...).
Pourquoi ? Est-ce qu’on vous précise, sur les faire-part que vous recevez "repas sans brocolis" ? CQFD…

Et les critiques ?
Ceux qui veulent critiquer auront forcément matière à critiquer :
- y’a même pas eu de messe
- les couleurs n’étaient pas harmonieuses / trop criardes / trop fades
- il faisait trop froid / trop chaud
- …
Alors s'ils rajoutent des critiques sur le repas et que ça leur fait plaisir...

Conclusion :
on surfera sur les critiques tant que notre mariage nous ressemblera et sera conforme à nos gros cailloux !

Et vous, si vous êtiez invités à un repas de mariage végétarien, quelle serait votre réaction?


* Même si aujourd’hui je suis moins à fond qu’il y a quelques années dans les explications, les argumentations, les soutiens moraux, les prises de tête avec ceux qui ne voient pas le rapport entre le fait de manger de la viande et l’impact sur l’environnement…

Crédit photo : http://hooly.over-blog.com/article-4114423-6.html

Insolente Veggie, le blog pour rire

#AVERTISSEMENT : ce blog s’adresse aux végétariens ou aux végé-friendly qui ont le sens de l’humour. Je dévoile ci-après le lien d’un blog précieux qui permet de recharger les batteries quand on est végétarien et qu’on vient de s’en prendre plein les dents…
Alors gare à vous, si de mon blog vous arrivez sur le sien et que vous postez des commentaires « Charal » sur son blog… Car vous lui ferez "perdre du temps" à répondre à des remarques idiotes dont elle se fiche et qu’elle aura moins de temps pour imaginer d’autres illustrations!#


Lorsque j’ai découvert Insolente Veggie et je me suis dit « This is it ». C’est elle qui est la preuve qu’être végétarien n’est pas nocif pour la santé : sens de l’humour, créativité et argumentation béton.

Le truc qui me fait tripper : son humour décalé et incisif, son imagination débordante et ses illustrations qui arrivent vraiment à résumer « nos pensées »*

Son truc : des dessins humoristiques à mourir de rire**,
Ou très sérieux
Une prose à croquer comme dans ce billet
ou celui-là


En quelques mots : Rien à voir avec le mariage mais qu’est-ce que ça fait du bien de rire (de soi et des autres !)

Merci !

Alors, végé et non végé, qu'en pensez-vous?

* A nous ces gens étranges, ces végétariens…
** Vous chassez ? J’espère que vous avez (au moins) de l’humour !

Crédit photo : http://insolente0veggie.over-blog.com

Big Guy et le cri de la carotte*

Et lui alors ? Végé ou pas végé ?

Il est ce qu’on appelle un « vg-friendly », c’est-à-dire qu’il accepte à 100% mon choix sans pour autant être végétarien.
Au quotidien, il ne mange pas de viande ni de poisson à la maison, mais il en mange à l’extérieur ou chez des copains.


Soyons précis : non je ne lui ai jamais « interdit » de manger de la viande. Non je ne suis pas extrémiste. Non je ne l’ai pas menacé de le quitter s’il ramenait un steak à la maison. Non je ne l’ai pas drogué au tofu. Non je ne l’oblige pas à regarder les films d’abattoir pour le convaincre. Non je ne lui ai pas servi de rôti dans une flaque de sang. Non je n’imite pas le cri du veau égorgé quand il mange de la charcuterie.

Pourquoi je précise tout ça d’un ton un peu blasé? Car de temps en temps je sature des regards de pitié qu’on lui lance et des yeux ronds presque scandalisés qui s’ouvrent quand on explique notre fonctionnement!


En plus, depuis notre rencontre, je me suis fait un POINT D’HONNEUR à ne jamais lui imposer quoique ce soit, à ne pas lui faire de remarque et à être super tolérante.

Du coup, je tique un peu sur les réflexions qui sous-entendraient que je « gère sa vie » ou autre remarque qui « m’accuse sans me connaître ». En quelque sorte ça me blesse un peu que qu'on pense de la sorte. Je finis toujours par me dire que les gens pensent bien ce qu’ils veulent, et que lui et moi savons comment ça s’est passé réellement et c'est l'essentiel, non?

Ma condition de départ : s’il veut de la viande, il la cuisine, moi je n’y touche pas. That’s it. Pour le reste, tout est permis.
Au début il s’est permis. Puis c’est lui tout seul qui m’a annoncé un jour qu’il allait tester ma façon de manger. Enfin, c’est lui qui m’a dit que s’il en mangerait à l’extérieur, il n’en mangerait pas à la maison. Tout simplement...

Si les autres veulent fantasmer sur mon côté sadique avec mon fouet en plastique**, c’est leur perte de temps, pas la nôtre !

Et vous, vous avez aussi des façons différentes de vivre, de manger, de penser ? Vous avez déjà été confrontés aux remarques presque désobligeantes des autres qui parlent sans savoir?

* Le cri de la carotte
** Pas en cuir ;-)

Crédit photo : www.lizisveggie.com/,

Mia* et le cri de la carotte**

Je fais partie de ces gens étranges et bizarres qui ont décidé de ne pas manger de viande, ni de poisson... jamais… même pas une fois pour faire plaisir…

Je fais partie de ce groupe de personnes souvent montré du doigt qui a conscience que l’alimentation carnée a un impact écologique plus grand qu’une alimentation dite « normale ».

Je fais partie des pauvres filles dont on a pitié car elles ne mangent que de la salade (voire des légumes si l’interlocuteur d’en face connaît ce mot***)


Je fais partie de ces jeunes femmes « à la mode », mais bon, ça va leur passer, comme le Bio…



Je fais partie de cette non-secte qui a décidé de ne pas tuer les animaux pour se nourrir… alors qu’ils sont là pour ça, non ?

Je fais partie de ces jeunes cadres actifs qui dérangent au resto (mais ça fait rire « les collègues » c’est déjà ça !) car le fameux et universel plat du jour ne leur convient jamais.


Je fais partie de ces excentriques qui sont agressés et malmenés alors qu’ils n’ont rien demandé (par des nièmes « tu goûteras bien un peu de ragoût, non ? Si tu savais ce que tu rates !»)

Je suis une de ces peaceful people qui vit sa vie dans son coin sans chercher à convaincre quiconque, qui répond aux questions quand elles sont cordiales mais qui est capable de rafraîchir l’air d’une table moqueuse par deux trois fraîches répliques bien placées « non je vous assure, les cadavres ne me disent rien ».

Et vous, connaissez-vous beaucoup de végétarien(ne)(s)?

* Je suis végétarienne
Végétarien = pas de viande et pas de poisson ; oui aux sous-produits animaux (lait, œuf, crème, fromage…)
Végétalien = pas de viande, pas de poisson et de sous-produits animaux (lait, œuf, crème, fromage…)


** « Le cri de la carotte » est une boutade bien connue dans le monde des végé… Lors des discussions sur notre choix, après nos arguments sur le fait que les animaux sont des êtres sensibles, y’en a toujours un pour nous sortir « et le cri de la carotte »…

*** Attention, les frites ne sont pas considérées comme des légumes.

Crédit photo : www.ekologeek.org/
http://insolente0veggie.over-blog.com/article-pourquoi-tout-le-monde-deteste-les-vegetariens--43494371.html
http://www.petafrance.com/feat-alyssaMilano.asp

Comment Le nommer ?

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, j’évite de L’appeler. Il est cité par « il » ou « lui »…

Lors de la création du blog, j’avais cherché un surnom* commençant par Y. J’avais trouvé YUPPIE que Word Référence traduit par « jeune cadre dynamique », ce qui lui convient plutôt bien.
Malheureusement l’Urban Dictionnary précise que ce jeune cadre est arrogant et ambitieux, qu’il aime gagner beaucoup d’argent et s’en vanter…

Zéro pointée Mia… Impossible de l’appeler comme ça… C’est simplement l’opposé de ce qu’il est et des valeurs qui le caractérise (simplicité, relation saine à l’argent…) !

Pour la suite, j’ai "besoin" de le nommer… Alors je me repose la question…

Je pense que je vais l’appeler « Big Guy ».
Word Référence précise que « Big » signifie « Grand »… Ok… jusque là ça colle… Ce n’est pas très sexy mais tant pis !
Rien à voir avec :

Je tape ces deux mots dans l’implacable moteur de recherche de l’Urban Dictionnary
Ouf, il précise que c’est généralement sympa et cool.
“An informal way of greeting a man or boy. Usually it's friendly and complimentary. It sometimes has a sarcastic tone, implying it's time to take him down a notch.”

Evidemment, ce dico ne pouvait s’arrêter sur cette note positive et m’indique donc :
“street slang for an oxycontin 80 mg extended release pill.”
Ma foi, Il est bien ma petite pilule à moi, celui qui me fait tripper, celui qui me fait rire et partir dans d’autres cieux…

Je vous présente donc BigGuy !

* Comme l’Homme Chocolat de Petit Poison, l’Homme qui danse d’Envie de mai, le fiancé ou chéri de Marie... et que je ne souhaitais pas dévoiler son prénom comme le Camille d’Esra, le Romain d’AnnC…

Crédit photo : http://www.fotosearch.fr/, http://www.aufeminin.com/

Ville ou campagne ?

Même si le point 7 des gros cailloux nous dirait de limiter les déplacements et d’organiser notre mariage à Lyon intramuros, pour mener à bien l’objectif 8 sur les échanges, j’imagine un lieu plus convivial que le centre-ville d’une grande métropole...

Un mariage qui nous ressemble serait plutôt proche de la nature…
C’est aussi plus simple pour trouver de grands espaces pour se ressourcer, faire la fête, se retrouver…

La campagne ou un village serait donc plus approprié.


On a donc dit qu’on éviterait les zones industrielles, que ce soit proche de Lyon et plutôt un cadre agréable pour avoir en tête comment Dame Nature est belle…

De l’eau serait bien* (juste parce que ça calme et que c’est beau) : un joli lac, un bel étang voire une rivière…

Côté loisirs :
- une piscine rappellerait le Sud
- des chemins pour se balader
- un joli village à visiter
- des chemins à randonner
- des métiers à découvrir
- des jolis monuments à admirer pour ceux qui viennent de loin
- des jolis paysages à contempler

N’oublions pas les contraintes de l’administratif (si le "rassemblement" est le même jour que la cérémonie civile !)

Simple, non?

* Oui bon si vous insistez j'avoue... j'aurais adoré me marier sur la plage comme dans les films...

Crédit photo : http://www.photo-libre.fr/ - rubrique paysage
Pensé en juin-juillet 2009

Salle ou pas salle ?

Voici quelques unes de mes réflexions de juin-juillet 2009, au début des préparatifs :

En observant nos gros cailloux, je me suis dit qu’on pourrait se marier à côté de la maison de campagne de mes grands-parents. Même si il aurait possible de tout organiser là-bas en louant une très grande tente pour le repas. Ou alors de louer ou trouver un grand terrain…

Les "mais" : quid de l’hébergement… des douches (j’imagine que les gens aiment être propres avant d’enfiler leurs belles tenues) ; où se rabattre s’il pleut ? ; grosse organisation de prestataire (tentes, chaises, tables, vaisselles…) ; peut-être un peu plus dur pour le traiteur (pas de cuisine, de branchement électrique correct…)
Pour les toilettes, pas de problème pour la fosse sceptique. La solution toute trouvée : les toilettes sèches !


Selon moi ça aurait été tout à fait possible et sympathique, mais avec une organisation à distance nous n’avons pas osé le tenter…

Finalement, nous avons choisi de nous rabattre vers des structures existantes : salles « de mariage », mais aussi camping, salles des fêtes, écoles

Crédit photo : www.interloc.fr
Pensé en juin- juillet 2009

dimanche 7 mars 2010

Orthographions le pluriel de faire-part

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire à Marie, j’ai un point commun avec elle : j’aime la langue française.
Oui j’aime l’orthographe, j’aime la grammaire, j’aime trouver des réponses aux questions que peu de gens se poseraient, j’aime envoyer des longs mails de correction à apporter suite à la relecture d’un mémoire de mes cousins ou d’un document dans mon boulot, j’aime lire… bref, j’aime ma langue et même si je suis loin d’être une Bernarde P.* et que j’écris sur ce blog comme je parle c'est-à-dire beaucoup et pas toujours correctement mais c’est pas grave, j’assume, c’est mon blog et j’y fais ce que je veux tant que je respecte un minimum les règles de base (comment ça dans cette introduction je manque à la règle simple « la ponctuation tu connais pour ne pas faire des phrases de 50 lignes ? ») !

Bref, en écrivant un mail à ma cousine, je me suis demandé comment orthographier correctement « faire-part » au pluriel. Je sais qu’il y a eu des modifications sur les noms qui ont des traits d’union… Je prends ma loupe et je pars enquêter…

Voici mes résultats :
« Un verbe + un nom = le verbe reste invariable, le nom se met seul au pluriel :
- Un porte-drapeau, des porte-drapeaux - Un tire-bouchon, des tire-bouchons - Un couvre-lit, des couvre-lits.
Exceptions : Un abat-jour, des abat-jour - Un aide-mémoire, des aide-mémoire -
Un faire-part, des faire-part... »
Information confirmée par le CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)
--> On écrirait donc "Un faire-part – des faire-part"

Mais le logiciel Word est censé intégrer les nouvelles règles orthographiques
Or quand j’écris « des faire-parts », les mots sont soulignés en rouge et « faire-part » et « faireparts » me sont proposés…
Soit :
- des faire-part
- des faireparts

Comme je l’ai dit, j’ai un peu de mal à tenir ce blog avec autant d’assiduité que je le souhaiterais… Du coup, de nombreux billets sont écrits mais pas encore publiés. Donc de temps en temps, il arrive que je complète le billet… sans pour autant le poster !
Entre le début de rédaction et aujourd’hui, j’ai découvert cet article sur le blog de Kardamone. Je connaissais la boutique mais pas le blog ! Or Sonia s'est posée la même question que moi dans ce billet!
Finalement, je ne suis pas la seule à me poser des questions et ne pas avoir de réponse claire !

J’ai été intriguée par le cas canadien :
La nouvelle orthographe n’est pas obligatoire, mais recommandée.
« Dans les noms composés du type pèse-lettre (verbe + nom) ou sans-abri (préposition + nom), le second élément prend la marque du pluriel lorsque le mot est au pluriel. Ex. : un compte-goutte, des compte-gouttes ; un après-midi, des après-midis ».

Je rajouterai :
- "des faire-part" ou "des faire part" : 363 000 résultats dans Google
- "des faire-parts" : 107 000 résultats dans Google
- "des faireparts" : 961 résultats dans Google

Conclusion 1 :
Je suis bien embêtée… j’aime bien les traits d’union donc faireparts ne me plaît pas… surtout si on garde "faire-part" au singulier (ça devient compliqué de modifier le trait d'union en fonction du singulier et/ou du pluriel).
Je dirai "un fairepart // des faireparts" ou un "faire-part // des faire-part"...


Troisième mi-temps du match "des faire-part" vs. "des faire(-)parts" :
Alors que j’allais écrire un mail à une de mes connaissances qui vient de passer les concours pour être correctrice orthographique, je suis retournée faire un tour sur le blog de Kardamone…
Hallelujah, je place Sonia sur un piédestal car elle avait aussi poursuivi les recherches... et obtenu une réponse du site "La nouvelle orthographe".

Conclusion 2 :
Me voilà dans la même délicate position que face au mot déchèterie//déchetterie. La nouvelle orthographe parle de "déchèterie" mais tout le monde écrit déchetterie. Idem pour les référencements dans les moteurs de recherche... Petit à petit le mot déchèterie se fait sa place.**

Mon choix :
Les nouvelles règles d'orthographe m'occupent pas mal (j'avais passé du temps il y a quelques années sur le mot déchèterie!)... alors qu'avant c'était clair...

Je dirai donc (pour l'instant***) sur mon blog : "un faire-part" et "des faire-part".
Et toc. (J'avoue pourtant essayer de glisser le mot déchèterie autour de moi...)

* Référence à Bernard Pivot, le monsieur dictée du dimanche après-midi de quand j’étais petite… (J’ai découvert avec effarement que ce monsieur n’évoquait rien à la « nouvelle » génération !!!)
** Avez-vous remarqué que lorsque la DDE remplace un panneau de signalisation "déchetterie", le nouveau indique "déchèterie"?
*** Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis!

Crédit photo : www.fotosearch.fr

Celle qui va se marier sous la guinguette en mai *

Enviedemai va se marier avec l’homme qui danse en mai, sous la guinguette, entourés de leurs amis, lors d’une cérémonie qui leur ressemble ! C’est étrange et à la fois agréable de voir d’autres couples parlent d’organiser un mariage qui « leur ressemble ».
On se répète tellement que c’était devenu une sorte de slogan pour nous… mais c’est chouette de voir que d’autres partagent la même démarche !

Le truc qui me fait tripper : La guinguette… et ses questions qui ressemblent aux miennes concernant l’impact d’un mariage sur l’environnement… (et le fait que l’air de rien elle parle d’EPP par exemple !)

Son truc : un partage d’expérience en toute simplicité et des articles de fond très intéressants

En quelques mots : simple, qui s’interroge sur le sens des choses, non-CONsommatrice, qui voit les choses autrement, qui met chaque action en perspective, qui assume ses choix…

Enjoy!

* Au vu de la préparation de leur mariage, je trouve qu’un titre « à la Friend » est parfaitement adapté !

Crédit photo : http://enviedemai.wordpress.com

Hébergement invités : premiers pas

L'idéal serait un hébergement unique pour tous. Bien sûr des gîtes et hôtels aux alentours conviendrait également, mais les invités ne pourront pas prendre le petit déjeuner ensemble et se retrouver ou covoiturer...

Un point essentiel pour moi : l'interdiction formelle de prendre le volant en ayant bu ou en étant trop fatigué. Règle d'or dans ma vie, règle d'or inscrit dans le marbre pour notre mariage.*

D'où un hébergement grand et proche du lieu de la salle pour y aller à pied ou que des SAM fassent le trajet en voiture.
La proximité de la salle serait un plus pour le bilan environnemental du WE!

Par ailleurs, il faut que le lieu convienne à tous les types d'invités : certains copains ne sont pas prêts à payer 80€ pour une nuit dans un gîte et nos grands-mères préfèreront sûrement un lit à une tente**...


Conclusion : on cherche un lieu :
- avec une capacité suffisante pour tous
- pour plusieurs nuits
- proche de la salle de la soirée du samedi (dimanche)
- qui peut convenir à chacun niveau budget et confort.
Easy!


D'autres critères pour les invités?


* Non on ne dit pas "relou", on dit "responsable"
** Quoique ma grand-mère a encore campé l'année dernière à plus de 80 ans!

Le lieu : ce qu’il faut savoir, très important!!!

Encore une fois vous risquez de vous dire « mais d’où elle débarque celle-ci ? » mais je l’assume…

Une fois qu’on eut fixé les grandes lignes pour notre mariage, j’ai commencé à chercher des lieux, des salles, des endroits, des cadres…

Puis dans ma To-Do j’avais aussi commencé une liste des mairies*.
Une dizaine de salles plus tard, je décide de téléphone à ma première mairie qui se trouve celle où mes grands-parents ont une maison de campagne.


- Bonjour, j'appelle pour avoir quelques renseignements sur les dispositions pour les mariages
- Oui bien sûr, vous habitez la commune?
- Euh... non
- Ah mais il faut habiter la commune!
- Euh... on ne peut pas se marier n'importe où?
#Et dire que je cherchais des salles dans un périmètre circulaire autour de Lyon, pensant qu'on irait à la mairie la plus proche pour éviter les déplacements inutiles!#

- Mais enfin... pas du tout mademoiselle...
#Elle me cite l'article 469 (?) du code civil #
- Euh...
- Vos parents habitent la commune?
#A-t-elle senti ma détresse? #
- Non... mais mes grands-parents oui!
#Ou du moins c'est leur maison secondaire, mais j'ai préféré ne pas rentrer dans le détail..."
- Ah ça change tout... mais c'est quand même une dérogation à demander à M. le maire...


Et c'est ainsi que j'ai appris qu'on ne pouvait pas se marier n'importe où. Il faut** que le couple, l'un des mariés, les parents (voire les grands-parents) habitent la commune!
M. le maire a finalement accepté que je fasse partie du trio mariage pour 2010***.
Ce billet est taggué "éco-friendliness" car cette "loi" peut avoir un impact sur le bilan environnemental du mariage...

Riez, riez, mais je l'ai appris à beaucoup de monde en racontant ma mésaventure!
Et vous, avez-vous ce type de déconvenue dans vos recherches?

Vous êtes avertis, bon courage pour la recherche de salle!
EDIT : le site officiel ici (j'aurais dû commencer par là!)

* Oui oui, DES mairies.
** Et oui, pour une fois il y a un "il faut" dans ce blog! ... Mais j'ai une solution : un mariage civil en petit comité et une cérémonie (si vous le souhaitez) et un rassemblement (pour ne pas dire "fête") ailleurs! ;-)
*** Oui, c'est un petit village...

Crédit photo : www.fotosearch.fr

Recherche de salles – de lieux : point de "il faut"

Encore une fois, STOP ! Avant de jeter votre âme dans les sites comme 1001 salles, abc salles ou sallesmariage, rubrique "mariage", dites-vous que tout est possible !


Ne vous arrêtez surtout pas aux listes des sites de mariage, ces lieux « à mariage ». De l’espace où mettre des tables et des chaises et le tour est joué !
Un bel exemple : Enviedemai
Attention tout de même, il y a une loi à connaître impérativement!

En 3 points? *
1. Lister les salles diverses et variées
2. Créer un formulaire où noter toutes les infos **
3. Prendre sa plus belle voix de téléopératrice, appeller, se renseigner et noter!

1. Auprès de ceux qui se sont déjà mariés dans la région, sur Internet...

2. En Excel’s addict, j’ai créé un zoli fichier Excel pour suivre l’avancement de mes recherches. J’avais une idée de la période et du nombre de personnes.
Le fichier de suivi en quelques mots :
- en ligne : les différentes salles
- en colonne : les coordonnées (téléphone, adresse…), les caractéristiques (prix, capacité accueil, prix, traiteur, couchage, précision) et les disponibilités (1 colonne par WE dans la période qu’on a choisi)

3. Garder le moral même s'il faut rappeller, même si la salle qui avait l'air bien n'est pas dispo le WE qui vous arrange le plus, même si le prix de la salle qui vous faisait de l'oeil a triplé depuis qu'on vous a donné l'info...
En une semaine, j'avais une bonne vision d'ensemble des disponibilités et des salles de la région! A suivre!
Bon courage !
* Avouez, vous commencez à aimer ça aussi!
** Eviter les petits post-its et morceaux de nappe du resto...

Crédit photo : www.fotosearch.fr, Mia

De 675 417 km² à 3 215 km²

Une fois qu’on a eu fixé nos gros cailloux, on a cherché un lieu qui correspondait à tous nos critères !
Le lieu a très vite été choisi. D’après nos gros cailloux, il était même évident.
On voulait se marier en France*.
Sachant :
- qu’on comptait inviter les gens qui nous sont chers (et il y en a un certain nombre !)
- qu’on voulait minimiser l’impact environnemental,

Vu que :
- la majorité de nos invités viendra de la région Rhône-Alpes
- ou de Paris ou du Sud
Il était évident que l’on n’allait pas se marier à côté de chez nous (le Sud) mais plutôt de là d’où on a vécu longtemps : Lyon et ses environs !**


Ainsi on minimisera l’impact « transport » de nos invités ! Le premier pas vers un "Green Wedding"! Simple, non?
En plus, Lyon est une ville centrale accessible facilement en train (de Paris, de Genève, de Marseille, de Toulouse…)

* Ne dis-je pas que tout est permis ? Alors j’aurais pu envisager un mariage à Auroville ou à San Francisco ! Mais...
** J’ai donc rapidement fait une croix sur un mariage sur la plage, même si c’est un lieu qui m’aurait fait tripper…


Crédit photo : www.fotosearch.fr

Tornade de questions

Pendant le premier mois qui a suivi la demande en mariage, j’ai donc commencé par réaliser le projet dont on commençait à discuter, et en même temps sont venues les questions pratiques :
Quand ? Où ? Comment ? Qui ? Combien de personnes ? Combien de budget ?...

Je les ai refoulées tant qu’on n’avait pas « validé ensemble nos gros cailloux ». Une fois d’accord sur les grandes lignes, j’ai commencé à cogiter, à réfléchir, à penser, à me prendre la tête, à m’interroger, à me demander, à me questionner… (à être moi...)

Car des questions à se poser, il y en a ! Certaines doivent être posées en premier, d’autres peuvent attendre.
Sur Internet vous trouverez des tas de sites de conseils, des tas de rétro-planning. Attention à toujours prendre du recul car on peut se laisser embarquer en oubliant de se poser les bonnes questions.


En 3 temps * :
1. Quel type de mariage on souhaite ? (quels gros cailloux?)
Intimiste ? Grandiose ? Dites-vous combien de personnes vous imaginez assister à votre mariage. C’est une des questions "importantes"car un des critères pour les salles, c’est le nombre de personnes। Alors il faudra très vite définir une fourchette.
Si vous n’êtes pas d’accord, il faudra essayer de trouver un compromis…

Religieux ? Laïque ?
Citadin ? Champêtre ?

= Réfléchissez chacun de votre côté à vos gros cailloux, parlez-en et définissez les vôtres ! C’est primordial pour la suite. Il peut y avoir des zones d’ombre, c’est normal de ne pas avoir réponse à tout au départ ! Laissez-vous le temps de la réflexion ! Mais si l’un d’entre vous ne pourra pas déroger à un de ses gros cailloux et que ce n’est pas compatible avec un gros caillou de l’autre… il va falloir vite en discuter… pour trouver un compromis, un MARIAGE QUI VOUS RESSEMBLE!

2. Combien veut-on y mettre ?
Mariage à moins de 2000$ ? Ou mariage à 1500 personnes (faites le calcul vous-mêmes !) ?
... Quoique... TOUT EST POSSIBLE ("Yes we can" comme dirait un certain BO).
Voir billet à suivre sur le "budget", sur les mariages sponsorisés...
Ca vous aidera pour le choix des salles.
En un mot, choisissez un BUDGET QUI VOUS RESSEMBLE!

3. Est-ce qu’on a une idée de la date ?
Encore une fois, quand on veut on peut alors ne vous laissez pas induire en erreur avec les rétro-planning tout faits : « Bon… la date de la demande en mariage + 2 ans (rôh ben faut au moins tout ça pour que ça soit parfait)… on va se marier le… » NON ! Si vous souhaitez vous marier à une période donnée, fixez-la et vous agirez en fonction pour que ça soit prêt.
Un petit conseil : faites le tour des impératifs des personnes proches de vous **

Si déjà vous avez une idée des réponses à ces questions, alors vous êtes bien partis !***
* j’aime bien les plans en 3 parties, une réminiscence du temps de l’école sûrement
** Evitez les dates où A sera en stage en Australie, B accouchera, C passera son bac…
*** N’oubliez pas : http://mywedtrip.blogspot.com/2009/11/premier-reflexe-apres-la-demande-en.html


Crédit photo : www.fotosearch.fr

Nos gros cailloux

Billet un peu perso, nos premiers pas dans la préparation du mariage...

Certains ont écrit les 10 commandements, nous on a écrit nos 10 gros cailloux* :
1. Lors de la préparation et le jour J, des bisous nous échangerons
2. Un mariage qui nous ressemble nous préparerons
3. Les décisions à deux sans se laisser influencer nous prendrons
4. A la durabilité dans tous les sens du terme, sensibles, nous serons
5. A une préparation zen, sans stress, ni procrastination nous nous attacherons
6. Un budget maîtrisé nous établirons et respecterons
7. Un éco-mariage, un mariage vert, un green wedding nous organiserons
8. Des invités nous profiterons et avec eux des moments privilégiés nous aurons
9. Dans l’ordre la préparation nous aborderons
10. Les idées reçues nous combattrons et notre liberté de penser nous défendrons


Dans le premier mois après la demande en mariage, c’est à peu près tout ce qu’on a fait !

Au départ, nos idées étaient moins bien formulées et peut-être plus explicites :
1. A kissing event
2. Un mariage qui nous ressemble
3. Un évènement pour lequel on prend les décisions tous les deux, en échangeant, se renseignant. On écoute sans se laisser influencer.
4. Un mariage durable dans tous les sens du terme
5. Une préparation zen, sans stress ni procrastination
6. Un évènement au budget maîtrisé (hors de question pour nous de « claquer » trop d’argent pour une journée. On a d’autres « projets » plus « méritants » à nos yeux.)
7. Un éco-mariage, un mariage vert, un green wedding. On pourrait ne pas le préciser car c’est « en nous ». Toutes les décisions devront intégrer la dimension environnementale, of course.
8. Un évènement où la dimension relationnelle est primordiale. Pas de 400 « Bonjour, merci d’être venu, au suivant » à des gens qu'on n'a pas envie de voir. Si c’est « notre » journée, on en profite avec les gens qu’on apprécie.
9. Faire les choses dans l’ordre, avec bon sens : les gros cailloux (valeurs), les petits cailloux (salle, repas, date, invités…), les bébés cailloux (liste, menus, habits) et les grains de sables (invitations, dragées…)
10. Remettre en question les « dans un mariage il faut que ». C’est notre mariage et on ne s’impose rien. On remettra en question toutes les traditions, on décidera si on en « veut » ou pas !

Et vous, avez-vous discuté des gros cailloux pour votre mariage?

* J’ai un peu hésité à « dévoiler » ces formulations car elles nous sont propres et c’est un peu intime… mais comme j’apprécie la lecture des autres blogs, je me suis décidée à me lancer ! On a vraiment pris notre plus belle plume pour noter ces "mantras" dans mon petit carnet que j'avais choisi pour la préparation de cet évènement...

Ecrit en juin 2009 (en vert), revu fin 2009 (billet)
Crédit photo : www.fotosearch.fr

Te marie pas ! (Cris du cœurs) (5/5)


Suite de ce billet, celui-ci, celui-là et l'avant-dernier extrait du livre Cris du coeur, de Janine BOISSARD, voici la fin de la partie que je souhaitais vous faire partager :

MARIEZ-VOUS
Parce que la fin de la passion, ce n’est pas grave s’il y a de la tendresse qui fait aimer, derrière l’armure en toc du chevalier, le petit garçon fragile ; sous les atouts trompeurs de la séduction, la femme vulnérable.
… parce que même si elle te porte sur les nerfs, même si tu as parfois envie de l’étrangler, dans cette société où rien ne dure, où rien n’est stable, c’est fabuleux de savoir qu’à la maison quelqu’un est là, a promis d’être toujours là, dont tu as besoin comme il a besoin de toi. Mariez-vous pour oser dire le mot « toujours ».

Engagez-vous parce que l’aventure, le minitel rose et les massages thaïlandais, ça passe, ça lasse. Alors que prendre dans ses bras quelqu’un qui vous voit telle que vous êtes, que vous acceptez tel qu’il est, pour lui faire doucement l’amour, c’est l’amour.
Parce que, l’époque du chacun pour soi, de la fuite des responsabilités, prendre sur son dos une famille, offrir à des enfants la chance de pouvoir dessiner des maisons avec des rideaux aux fenêtres (c’est maman), des soleils qui fument la pipe (c’est papa), des fruits aux arbres (c’est l’amour), des œufs dans les nids (c’est nous), voilà de la belle œuvre qui vous donne des raisons de vivre.

Mariez vous par ambition : « Cinquante ans ? Pfuitt ! A cœur vaillant rien d’impossible. » Par défi : « C’est de la folie, contre nature, ce sera parfois la galère ? Et alors ? »
Mariez-vous pour ce bien-être qui, après la brûlure de la passion, s’installe entre deux personnes qui se plaisent ensemble et leur permet de dire « nous » à tout bout de champ, sans même plus penser que « dire nous », c’est le bonheur, la « pêche ».

Et pourquoi pas pour l’aventure ? L’aventure, ce n’est plus de se donner toutes les libertés puisque aujourd’hui elles sont offertes à tous, servez-vous, c’est soldé et sans risque.
Si c’était plutôt de risquer pour Elle, de risquer pour Lui, son cœur, sa vie et sa liberté, dans le voyage au long cours du mariage, fermement décidés à ne pas débarquer en route, si enchanteur que soit le chant des sirènes ?


Alors, qu'en pensez-vous?

Crédit photo : http://www.facebook.com/pages/Janine-Boissard/122575787271

Hé oui, Janine BOISSARD a une page Facebook et en ce moment son "message" est : "Une vie réussie est un rêve d'enfant réalisé"...

Te marie pas ! (Cris du cœurs) (3/5)

Suite de ce billet et de celui-ci, extrait du livre Cris du coeur, de Janine BOISSARD :

Pas de façon aussi torride, pas toute la vie. Un jour, vos cœurs battront moins fort lorsque vous ferez l’amour ; le plaisir sera moins brûlant, la passion s’éteindra. Elle s’éteint toujours. Et alors les yeux s’ouvrent, on voit l’autre tel qu’il est et non plus tel qu’on l’avait rêvé.


Mon pauvre Fabrice, derrière la magicienne qui, lorsqu’elle soupire dans tes bras, te rend le plus beau, le plus viril et le plus intelligent des hommes, tu découvriras une simple femme aux yeux cernés, fatiguée de sa journée et qui te reprochera de lui laisser faire seule la vaisselle. Hélas, Sophie, sous l’armure du preux chevalier dont l’ardeur et la force te bouleversent, t’apparaîtra peu à peu un homme-petit-garçon, parfois capricieux ou autoritaire.


La magicienne et le preux chevalier s’étant envolés au royaume des illusions perdues, vous vous désirerez moins et toutes les recettes de journaux, les conseils des amis n’y pourront remédier parce que c’est le triste sort du désir que de s’user.


Bref, ne vous mariez pas parce que faire l’amour ensemble, c’est « géant ». Ni sans savoir que cela peut l’être aussi avec d’autres et que dix, vingt, cinquante ans de fidélité sont un exploit presque impossible.


« Moi, si elle m’est infidèle, je lui rends la pareille. »
« Moi, s’il me trompe, adieu. »

AUTANT VOUS DIRE ADIEU TOUT DE SUITE ! Durant votre demi-siècle, vous allez tous les deux rencontrer des quantités d’êtres épatants, excitants, débordant d’admiration pour vos importantes personnes et sur lesquels se reporteront vos rêves. Vous frôlerez d’innombrables tentations. Et si vous n’êtes pas à l’avance décidés à résister, si vous n’avez pas comme priorité de ne pas faire souffrir l’autre, vous mariez pas ! Et pas davantage si vous vous refusez à accepter que, malgré de louables efforts, peut-être vous trompera-t-il, peut-être vous trompera-t-il, peut-être succombera-t-elle, et vous n’êtes pas résolus à passer l’éponge, en tout cas la première fois.


« Vous alors, c’est vraiment la douche froide ! Après les gros sous : l’infidélité quasi obligatoire. Quelles perspectives ! Si on vous écoutait, plus personne ne se marierait. Et les enfants ? On a le droit de se marier pour avoir des enfants ? C’est une bonne raison ça, ou non ? »
A SUIVRE

Crédit photo : http://cgi.ebay.fr/Cris-De-Coeur---Janine-Boissard_W0QQitemZ110498678200QQcmdZViewItemQQimsxZ20100225?IMSfp=TL100225121001r18879

Te marie pas ! (Cris du cœurs) (4*/5)



Suite de ce billet, celui-ci et celui-là, extrait du livre Cris du coeur, de Janine BOISSARD :




« Vous alors, c’est vraiment la douche froide ! Après les gros sous : l’infidélité quasi obligatoire. Quelles perspectives ! Si on vous écoutait, plus personne ne se marierait. Et les enfants ? On a le droit de se marier pour avoir des enfants ? C’est une bonne raison ça, ou non ? »

La meilleure ! Mais sans oublier que c’est souvent avec l’arrivée de ces petits anges que commencent les bagarres. Si Sophie veut les mettre à l’école privée et toi à l’école publique, si tu souhaites que ta femme cesse de travailler pour les élever et qu’elle est fermement décidée à garder son boulot envers et contre tout, si tu en veux une tripotée et elle, un seul, ne te marie pas, Fabrice, pas avec elle !
Toi, Sophie, si tu es pour l’égalité des sexes et que Fabrice ne met jamais la main à la pâte, si tu es fourmi et qu’il est cigale, s’il aime passer ses vacances au bout du monde et toi chez maman, ne te marie pas, ou avec un autre.

« Je le changerai ! »
« Avec moi, elle évoluera. »

N’y comptez pas ! A-t-on jamais vu un radin devenir généreux ? Une maniaque désordonnée, un autoritaire conciliant, une ronchon souriante ? Avec l’âge, les défauts comme les qualités ont tendance à croître et embellir. Si vous n’aimez pas l’autre aussi pour ses défauts, vous mariez pas.
Et vous mariez pas dans l’intention de vous enfermer tous les deux pour vous croquer « en Suisses », il y aura de l’évasion dans l’air.
Et vous mariez pas en vous promettant de partager tout-tout-tout, c’est la mort par étouffement garantie. Si Fabrice passe des heures en compagnie de son ordinateur : tant mieux ! Si Sophie aime les claquettes : olé ! S’il vibre au foot et elle au concert, liberté ! Après, c’est tellement agréable de se retrouver.


*Et oui, j'ai trouvé 4 premières pages différentes de ce livre!


Crédit photo : http://www.leboncoin.fr/vi/92108966.htm

Te marie pas ! (Cris du cœurs) (1/5)

Après avoir appris à l’une de mes meilleures amies que l’on allait se marier, j’ai reçu par courrier une photocopie d’un extrait du livre Cris du cœur de Jeanine BOISSARD.
J’avais envie de vous le faire partager.


EXTRAIT :
Toi, Fabrice, tu l’as enfin rencontrée, la « mille fois mieux ». Ca marche, ça dure… Plus d’un an que vous êtes ensemble. Faire l’amour, vous ne vous en lassez pas, l’un sans l’autre, vous vous sentez orphelins, l’un comme l’autre, vous avez envie de stabilité. Alors, hier, avec Sophie, vous vous êtes dit : « Si on régularisait ? » En plus, ça ferait plaisir à tout le monde : les parents qui piaffent, la grand-mère qui fourbit la bague. Et puis quelle fête ! Mairie, église, robe blanche et demoiselles d’honneur, tout le grand jeu ! Et un de ces jours, pourquoi pas un enfant ? Oui, ce serait chouette, un enfant.
TE MARIE PAS !


Pas encore, pas comme ça : pour régulariser, rassurer les parents ou faire la fête.
D’ailleurs, qu’est-ce qui leur prend à vos parents, à ta grand-mère, Fabrice, qui tremble quand, sac au dos, tu pars pour la Turquie ou l’Amérique du Sud : régions instables, mauvaises rencontres, danger… et la voilà, les voilà qui te poussent vers un voyage incertain, plein d’inévitables tempêtes, semé d’embûches, sans billet de retour ni de compagnie d’assurance pour couvrir les risques. Inconscients les parents…
« Le billet de retour, au pire, c’est le divorce. »


Si tu as ce moment dans le crâne avant même d’être passé à la mairie, c’est comme si c’était fait, te marie pas. Garde les sous du mariage, ajoutes-y ceux d’un divorce plus que probable et, plutôt que le grand voyage qui risque de vous ruiner corps et âme, payez-vous, Sophie et toi, plein de petites escapades.


« Mais justement, on en a assez des escapades… Et pour le divorce, je disais ça comme ça. Nous, on est décidés à se marier pour toujours bien sûr. »
A SUIVRE
Crédit photo : http://www.amazon.fr/Cris-du-coeur-Janine-Boissard/dp/2226053530

Te marie pas ! (Cris du cœurs) (2/5)

Suite de ce billet, extrait du livre Cris du coeur, de Janine BOISSARD :

« Mais justement, on en a assez des escapades… Et pour le divorce, je disais ça comme ça. Nous, on est décidés à se marier pour toujours bien sûr. »
Bravo ! Mais « toujours », avez-vous fait le calcul ? Avec vos vingt-quatre ans, si l’on en croit les « espérances de vie », vous êtes partis, sauf pépin, pour un demi-siècle de vie commune. Et partager le même lit, la même table, les mêmes amis, les mêmes paysages durant un demi-siècle, et même un quart, même dix ans, il vaut mieux que vous sachiez une chose : C’EST CONTRE NATURE.

La nature de l’homme (terme générique embrassant la femme) le porte au changement. Il s’ennuie, s’irrite à arpenter sans cesse le même jardin. Les fruits du voisin lui semblent toujours plus appétissants que les siens. Aussi, avant de se décider de partager pour toujours les mêmes pommes, soyez sûrs d’avoir pour cela de bonnes raisons.

Se marier pour régulariser ? Aucun intérêt ! Aujourd’hui, plus personne ne montre du doigt les concubins, même vos grands-mères ont fini par fermer les yeux lorsque, dans la maison de vacances, vous sortez le matin d’une même chambre alors qu’on a pris soin de vous loger à deux étages différents. Vous êtes reçus partout en couple et, puisque vous travaillez tous les deux, côté impôts, il est plus intéressant de remplir des feuilles séparées.

« On vous parle « amour », vous répondez « gros sous »… Régularisez, c’était une façon de parler. La vérité, c’est que Sophie et moi, nous ne nous lassons pas l’un de l’autre, pas la moindre envie de regarder dans le jardin d’à côté. Si vous voulez savoir : « Extra, les pommes ! ».
Okay, d’accord, parlons du plaisir que vous éprouvez ensemble, la fabuleuse fête des sens, le désir qui vous saisit à chaque instant l’un de l’autre.
CA NE DURERA PAS.
A SUIVRE
Crédit photo : http://www.priceminister.com/offer/buy/376459/Boissard-Janine-Cris-Du-Coeur-Livre.html

Combien de temps pour la préparation d’un mariage ?

Ecrit en décembre 2009 et complété en mars 2010

Ce billet est en réaction des (trop) nombreux :
« Alors ce mariage ? » ou « Alors, ces préparatifs ? »
C’est une gentille intention de nos proches, je ne le prends pas mal du tout. C’est juste que je n’ai rien à leur dire car ils sont au courant pour le Save-The-Date puisqu’ils l’ont reçu, le reste est bouclé depuis longtemps… et je n’ai pas encore la tête à penser au reste !

Donc je voulais faire un zoom sur cette fameuse « durée » pour préparer un mariage.
On peut calculer des durées moyennes, observer les plus longs préparatifs, constater les durées les plus courtes… *

Au risque de faire une réponse « à la Normande », ma réponse est « le temps qu’on veut bien y passer ! ».


Je développe :
- ceux qui s’y mettent plus de 2 ans à l'avance avant peuvent s’occuper pendant cette période
- ceux qui s’y mettent environ 1 an avant ont largement le temps de préparer le jour J mais peuvent aussi être débordés et ne pas terminer à temps tout ce qu’ils avaient prévu
- ceux qui décident de se marier et fixent le jour J 4 mois après peuvent « réussir leur mariage »
- ceux qui veulent se dire oui dans la semaine ont aussi des solutions !

Encore une fois, selon moi, tout est possible. Il suffit de savoir quelles sont vos priorités. Si le plus important est de vous dire oui très vite, peu importe votre "public", le temps (été ou hiver) ou encore la déco, alors lancez-vous, mariez-vous, c'est possible!
Si vous n'êtes pas pressés, que vous souhaitez que votre frère revienne d'Australie, que vous aimeriez avoir une déco faite main, alors prenez votre temps!

Et nous ?
Notre jour de mariage est fixé 411 jours après la demande !
Un compromis entre nos vies bien remplies, une volonté de partager ce moment avec notre famille et nos amis, un voyage à organiser début 2010...

* Non, pas de fichier Excel de statistique! Vous verrez dans les prochains billets que les rétroplanning donnent des "durées J-12 mois..." mais il ne tient qu'à vous de les adapter!

Crédit photo : www.fotosearch.com